Français English
Logo IHPSTLogo CNRSLogo Paris 1Logo ENS
Bandeau institut

Prix CNRS 2014

Nous avons le plaisir de vous informer que Brian Hill (CR GREG-HEC, membre associé de LLC-IHPST) a reçu la médaille de bronze du CNRS. [En savoir plus]

Prochainement à l’IHPST Prochainement à l’IHPST

Lundi 28 avril 2014, 14:00-16:00

Réunion EVOECO

En savoir plus

Agenda – Vendredi 25 avril 2014

Le mois précédent Mars 2014 | Ce mois-ci | Mai 2014 Le mois prochain

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
 

Hélène Richard – Thèse

Responsable de séminaires

Présentation

Hélène Richard

Doctorant (2010-10-01 – ?)
Doctorante allocataire, IHPST

Adresser un mail

Curriculum vitæ (39.82 Ko)

Thèse

Banalisation du diagnostic prénatal et nouvelles pratiques non invasives

Ce projet étudiera la banalisation du diagnostic prénatal et les nouvelles pratiques non invasives, sous un angle à la fois épistémologique et éthique. Contemporaine de la recherche scientifique actuelle, cette étude prend pour point d’appui une nouvelle méthode mise au point par l’INSERM en 2002, l’Isolation by Size of Trophoblastic Cells, qui consiste à isoler par simple prise de sang les cellules fœtales circulant dans le sang maternel afin de diagnostiquer deux maladies génétiques à forte prévalence au sein de la population, la mucoviscidose et l’amyotrophie spinale. Deux problématiques guideront cette thèse. Sur le plan épistémologique, il faudra déterminer s’il existe des fondements forts qui permettent de distinguer les notions de prédiction et de certitude en médecine fœtale en fonction des pathologies diagnostiquées et des méthodes utilisées, ainsi qu’apprécier les niveaux de preuve exigés selon les pratiques. Sur le plan éthique, il s’agira de comprendre pourquoi la banalisation du diagnostic prénatal génétique soulève un problème moral spécifique, alors que son usage est légitimé par des normes médicales, éthiques et politiques au niveau individuel. Ce travail sera également l’occasion de rechercher des principes moraux qui permettent à la décision procréatrice d’être responsable, sans avoir à être fondée sur l’ignorance sur laquelle reposent traditionnellement la protection du fœtus et la juste inclusion des personnes handicapées. Cette thèse tend ainsi à réexaminer les fondements épistémologiques et éthiques qui légitiment l’usage banalisé du diagnostic prénatal et à anticiper les problèmes que va poser un diagnostic prénatal génétique de masse accessible à toutes les grossesses.

Informations complémentaires

Axe de recherche : Philosophie de la biologie et de la médecine
Directeur de thèse : Jean Gayon
Inscription : 2010 à Université Paris 1

URL : http://www-ihpst.univ-paris1.fr/239,helene_richard.html

Haut de page

Retour à la page précédente

Retour à l’accueil

Accueil du site | Informations pratiques | Lettre d’information | Nous contacter | Mentions légales | Accès privé
© IHPST, 2002-2014.
Dernière mise à jour : Vendredi 25 avril 2014